+32 497 02 58 95
ABA. Évolution du langage chez les enfants autistes et autres troubles du développement
1 004
0

Le mutisme chez les autistes – et autres troubles du développement – est un des principaux problèmes que rencontrent les professionnels et les parents. Ce problème est délicat et sa résolution passe par l’approche intégrée. Il arrive que l’enfant s’exprime dans le cabinet du psychologue mais nulle part ailleurs. Pourquoi ne répète-t’il pas cette démarche ? Comment réagir ?

Ce comportement verbal peut être comparé avec notre vaste univers. Comme celui-ci ne se réduit pas à notre système solaire, le comportement verbal ne se résume pas non plus à la simple compétence à prononcer des mots.

Les enfants présentant des troubles du développement éprouvent souvent des difficultés à communiquer. Dans le cas où l’enfant ne parle pas du tout ou partiellement, on opte pour un signe d’égalité entre le discours et la communication. Il faut tout miser sur les forces du développement de la voix. Malheureusement, cette méthode ne donne pas toujours des résultats concrets.

Il faut dès lors utiliser des mots précis : « la poule» ou «l’œuf» ? « La parole » ou « la communication » ? L’une des règles d’or de l’ABA est d’enseigner uniquement des compétences ayant une application pratique. Cela signifie que pour mettre en pratique certaines compétences de l’enfant, il doit pouvoir maîtriser des aptitudes de communication. Dans d’autres cas, la formation vocale n’est pas la priorité absolue. Les habitudes de communication des enfants autistes peuvent commencer par l’introduction de fonds de communication alternative pour l’expression de ses besoins. Afin de choisir le mode alternatif de communication, il faut tenir compte du niveau de développement du moteur de simulation de l’enfant et de sa perception visuelle. D’après son niveau de compétence, l’introduction de cartes ou de signes de la langue vous aidera à prendre une décision.

Beaucoup de parents ne veulent pas entendre parler d’alternative à la communication. Cette attitude n’est pas fondée car des études récentes ont prouvé que l’introduction d’un système alternatif à la communication est un atout supplémentaire pour le développement du langage chez les autistes et les enfants présentant des troubles du développement. Le choix du bon système de communication facilitera sa formation, aura un impact positif sur son comportement et l’aidera à atteindre votre objectif. Les systèmes alternatifs de communication impliquent la gestuelle, la communication via les livres ou une tablette à l’aide desquelles l’enfant indiquera sur la carte les mots ou les symboles etc… De plus, il est toujours possible de combiner les systèmes ou de passer de l’un à l’autre. Le but est de ne priver en aucun cas l’enfant de la moindre possibilité de communiquer !

Le comportement de l’auditeur est primordial. Sa capacité à comprendre le discours, à répondre aux demandes et questions fait partie intégrante de l’apprentissage du langage. Pour que le rôle de l’auditeur soit efficace, on utilisera des instructions vocales et/ou les systèmes alternatifs de la communication. L’apprentissage de distinction des objets et des actions d’après les noms dépend aussi du comportement de l’auditeur.

La capacité à demander de nommer des objets et des actions, à poser des questions et d’y répondre quel que soit le système de communication, la compréhension de la parole adressée, l’exécution d’instructions – qui constitue le comportement verbal – tout cela facilite considérablement la vie de l’enfant autiste et de sa famille même en l’absence de discours. Toutefois, il faut se battre pour le discours car malgré le développement des compétences de communication et le comportement de l’auditeur et des autistes, vous devez stimuler l’expression spontanée et vous efforcer de développer une réaction d’écho. Pour ce faire, il faut encourager toutes les opportunités de réactions vocales spontanées en répétant systématiquement à l’enfant le son qu’il prononce.

Par exemple :

L’enfant émet un son «e-e-e-e». Maman l’encourage et répète «e-e-e-e». Cela se passe ainsi jusqu’au moment où l’enfant commence à répondre à sa mère par le même son «e-e-e-e» . Ensuite, maman répond «ou-ou-ou-ou» et tentera de lui faire répéter ce son.

La capacité de l’enfant à répéter des sons, des syllabes, puis des mots et des phrases est une étape importante pour la formation du langage. A l’avenir, lorsque vous ferez appel aux outils de communication alternatifs, vous exigerez la répétition de votre message, qu’il s’agisse de la demande, du nom ou de la question. Ainsi, au fur et à mesure, le refus des moyens de communication alternatifs au profit du langage vocal devient possible. Si ce n’est pas le cas, la capacité de comprendre et de répondre correctement à la demande, d’entrer en communication avec les autres permettra à l’autiste de s’intégrer plus aisément dans la société.

Source : http://www.aba-therapy.com.ua/content/ava-razvitie-rechi-u-detey-s- autizmom-i-drugimi-

Commentaires:

Laisser un commentaire